À l’aveuglette : un fantasme érotique BDSM

blindspot french 2100x1400 cover

Sara est la dernière personne qu’on s’attendrait à trouver dans un club libertin ; c’est exactement ce qu’elle fait. Cela la libère de toutes les attentions de son monde quotidien. Une nuit, elle rencontre un couple avec tout pour lui, à la recherche de plus que du sexe sans lendemain. Alors que Sara entre littéralement dans un monde de ténèbres, elle se demande si elle est assez forte pour le supporter. Tous ses sens seront poussés jusqu’à leur maximum. Se brisera-t-elle ou émergera-t-elle pour voir le monde comme jamais auparavant ?

Ceci est une histoire explicite d’environ 5 350 mots. Elle contient un langage graphique et des thèmes sexuels. Cela signifie qu’elle n’est à destination que d’adultes intéressés par ce type d’histoire, dans des juridictions où sa vente et sa jouissance ne transgressent aucune loi locale.

Extrait :

Une sublime brune entra dans la pièce depuis une porte à l’autre bout de la bibliothèque et se présenta comme étant Gabriella. Gabriella était grande et fine, et portait quelque chose qui ressemblait à une tenue d’affaires, même si Sara remarqua qu’elle portait des bottes à hauts talons aiguille sous son tailleur-pantalon quelconque.

« Ils t’attendent à présent », dit-elle, alors qu’elle prenait la main de Sara et la menait à travers le manoir.

Après avoir marché le long du couloir principal, elles arrivèrent à un ascenseur. Les portes s’ouvrirent, et les deux femmes entrèrent.

Gabriella tendit la main vers le bouton marqué d’un B, mais au lieu d’appuyer dessus, elle le tourna, le faisant basculer en avant sur une charnière et révélant une serrure. Elle prit la clé dans sa poche, l’insérant dans la serrure et la tournant sur la gauche. Ce faisant, l’ascenseur se mit en marche. L’écran LED rouge afficha B, puis SB1, et s’arrêta finalement à SB2. Lorsque l’ascenseur s’arrêta, rien ne se passa. Les portes ne s’ouvrirent pas.

Gabriella tira une petite boîte de sa poche et l’ouvrit pour dévoiler ce que Sara reconnut comme étant une boîte de lentilles de contact.

« As-tu déjà porté des lentilles de contact auparavant ? demanda Gabrielle.

— Non. J’ai une vision parfaite. Je n’en ai donc jamais eu besoin.

— Ce sont des lentilles de contact opaques qui empêchent de voir. Une fois que je te les aurai mises, tu ne pourras plus rien voir, si ce n’est les lumières les plus vives. Tu es prête ? »

Acheter sur Amazon

Acheter sur Barnes & Noble

Acheter sur Kobo

Also from Smashwords, Google Play and Apple



Comments are closed.

Share this Page

Like our content?  Share it with the world.

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
Linkedin0
DiggDigg0
Tumblr0
Stumbleupon0
Reddit0
Delicious0
E-mail
Blogger0